Cycle menstruel

Le cycle menstruel est la totalité des phénomènes physiologiques de la femme préparant l'organisme à une éventuelle fécondation et survenant le plus fréquemment de façon périodique.


Catégories :

Physiologie de l'appareil génital féminin

Recherche sur Google Images :


Source image : ponroy.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Phénomène périodique qui commence le premier jour des règles et qui se termine en l'absence de grossesse, par les règles suivantes.... (source : pagesperso-orange)

Le cycle menstruel est la totalité des phénomènes physiologiques de la femme préparant l'organisme à une éventuelle fécondation et survenant le plus fréquemment de façon périodique.

La manifestation la plus visible de ces modifications est la menstruation. Le cycle menstruel commence à la puberté et se termine à la ménopause par épuisement des follicules ovariens et par augmentation de résistance des follicules ovariens à l'action des gonadotrophines.

Ce cycle est contrôlé par des hormones. Sa durée est fréquemment de 28 jours pour les femmes des pays occidentaux, mais ce chiffre ne forme qu'une moyenne commode (28 jours = 4 semaines) et ne représente ni la moyenne, ni le mode de sa distribution dans le monde. En Inde, sa moyenne (avec écart-type) a été mesurée à 31, 2 ± 3, 2 jours en 1974 ainsi qu'à 31, 8 ± 6, 7 jours dans une étude de 1992[1].

Les saignements apparaissant à l'arrêt de la contraception œstro progestative (pillule classique) n'ont aucun rapport avec la menstruation physiologique ; c'est une hémorragie génitale par chute brutale du taux des hormones dans le sang. Ce phénomène est nommé hémorragie de privation.

La connaissance du cycle menstruel est parfois utilisée à des fins contraceptives, à condition d'employer une méthode rigoureuse de planification familiale naturelle.

La connaissance du cycle menstruel est importante pour aborder l'étude des troubles de la menstruation, dans l'exploration de l'infertilité et dans la mise en œuvre des techniques de procréation médicalement assistées.

Schéma général

Cycle menstruel.jpg

En réalité, le cycle menstruel décrit ici comprend en particulier le cycle ovarien, fréquemment nommé cycle menstruel par abus de langage. Le cycle menstruel stricto sensu est simplement la période des pertes sanguines : le corps jaune se transforme en corps blanc, et le cycle ovarien est le cycle de l'ovule (ovocyte II). C'est le schéma du follicule primaire à l'ovulation et au corps jaune qui reste pour distribuer la progestérone.

Modifications par organe

Cycle hypothalamique

Des neurones spécifiques exercent une fonction endocrine dans la mesure où ils libèrent une hormone, la gonadolibérine ou GnRH (Gonadotropin Releasing Hormone), de façon pulsatile, dans le dispositif vasculaire porte hypothalamo-hypophysaire, contrairement aux neurones classiques qui libèrent des neurotransmetteurs au niveau des synapses ; la GnRH provoque la sécrétion hypophysaire (par des cellules glandulaires de l'antéhypophyse) de deux hormones gonadotropes ou gonadotrophines, la FSH (Follicle Stimulating Hormone) et la LH (Luteinizing Hormone)  ; les variations du taux plasmatique de ces hormones au cours du cycle définissent le cycle hormonal hypophysaire.

Cycle hypophysaire

Cycle ovarien

Le cycle ovarien comprend la reprise de l'ovogenèse (l'ovocyte I à 2n chromosomes est bloqué au stade de la prophase de la 1re méiose depuis la vie fœtale), les sécrétions hormonales ovariennes indispensables à l'ovulation, aux modifications utérines pour la fécondation et la préparation de l'endomètre à la nidation.

Le fonctionnement endocrine et exocrine de l'ovaire a comme support anatomique le follicule ovarien qui fluctue lui aussi de façon cyclique.

Il existe par conséquent trois cycles dans l'ovaire :

Cycles folliculaires

Les follicules sont contenus dans le stroma cortical. Il existe deux types de follicules :

Chaque follicule contient un ovocyte de premier ordre ou ovocyte I (2n chromosomes) bloqué au stade de la prophase de la 1re méiose (diplotène ou diacynèse).

Follicule essentiel

Le follicule essentiel est particulièrement petit (40 à 50 micromètres)  ; il est constitué d'une mince coque contenant l'ovocyte I ; le noyau ovocytaire volumineux a un aspect quiescent (les chromosomes sont dispersés dans une chromatine fine) et possède 1 ou 2 nucléoles ; la coque folliculaire est constituée d'une seule couche de cellules épithéliales aplaties, les cellules folliculeuses, entourées par une membrane basale épaisse, la membrane de Slavjanski.

Follicule primaire

Le follicule primaire change du follicule essentiel par l'aspect des cellules folliculeuses qui sont devenues cubiques.

Follicule secondaire
Ovaire 1.JPG

Le follicule secondaire se définit par la formation d'une 2e assise cellulaire, puis par une augmentation continue du nombre des cellules folliculeuses constituant la granulosa ; parallèlement, l'ovocyte I augmente de volume (de 40 micromètres dans le follicule essentiel, il passe progressivement à une taille de 60 micromètres) et s'entoure d'une enveloppe glycoprotéique, la zone pellucide.

Follicule tertiaire ou pré-antral

Le follicule tertiaire se définit par la naissance de la cavité folliculaire ou antrum dans la granulosa. Les cellules de la granulosa entourant l'ovocyte forment le cumulus oophorus ou disque proligère. L'ovocyte a grossi et son noyau a la taille d'un follicule primaire. Le tissu conjonctif présent autour du follicule s'est différencié en une thèque interne bien vascularisée avec de grandes cellules riches en lipides qui produiront des hormones et une thèque externe contenant de gros vaisseaux.

Follicule de De Graaf
Ovaire 2.JPG

Le follicule de De Graaf, ou follicule préovulatoire, ou follicule mûr, a atteint son volume maximal (2 cm) mais aussi l'ovocyte I (120 micromètres)  ; il fait saillie à la surface de l'ovaire qu'il déforme et amincit au niveau d'une petite plage translucide, le stigma sous l'action d'une décharge plasmatique des gonadotrophines hypophysaires, la FSH et la LH.

Le corps jaune

La ponte ovulaire a lieu 36 heures après le pic ovulatoire, le follicule de de Graaf, vidé de son contenu, s'affaisse et se plisse ; c'est le follicule déhiscent qui va se transformer en corps jaune.

Le corps jaune résulte de la transformation du follicule déhiscent ; la membrane de Slavjanski disparaît, laissant pénétrer les capillaires des thèques dans la granulosa, ce qui entraîne une transformation des cellules folliculeuses : elles augmentent énormément de volume, s'enrichissent en lipides, et sécrètent un pigment un peu jaune, la lutéine, responsable de la teinte jaune pâle du corps jaune sur un ovaire à l'état frais ; c'est le phénomène de lutéinisation

Ovaire exocrine

C'est la reprise de l'ovogenèse sous l'effet de l'œstradiol.

Ovaire endocrine

Cycle tubaire

La trompe de Fallope a un quadruple rôle dans la reproduction :

Cycle utérin

Myomètre

Il existe des variations du tonus utérin.

Endomètre

Cycle endometre.JPG

Par convention, le premier jour du cycle décrit ci-dessous correspond au premier jour des règles. La croissance de l'endomètre fonctionnel redébute dès le 5e jour et se poursuit pendant tout le cycle : de 0, 5 mm à la fin de la menstrutation, il passe à 3 mm au moment de l'ovulation pour atteindre 5 mm au 28e jour du cycle.

Phase de desquamation (J1-J4)

Phase de régénération (J5-J8)

Phase de prolifération (J9-J14)

Phase de transformation glandulaire (J15-J21)

Phase de sécrétion glandulaire (J22-J28)

Au niveau du col de l'utérus

Deux modifications sont sous la dépendance des hormones ovariennes :

Phase pré ovulatoire

Phase ovulatoire

Phase post ovulatoire

Cycle vaginal

Le contenu vaginal se compose de la glaire cervicale, de l'exsudation aqueuse, des cellules vaginales desquamées et de cellules inflammatoires plus ou moins nombreuses (polynucléaires et histiocytes)  ; il est normalement riche en glycogène provenant des cellules sécrétantes des voies génitales et des cellules intermédiaires desquamantes ; la flore saprophyte la plus fréquente est la flore lactique constituée de lactobacilles, les bacilles de Doderleïn, qui ont la propriété de transformer le glycogène en acide lactique responsable de l'acidité du milieu vaginal.

Régulations hormonales

Au cours de la seconde moitié du cycle précèdent, le taux élevé d'estradiol et de progestérone agissant via l'axe hypothalamo-hypophysaire supprime la production de FSH et de LH par la glande pituitaire. La production déclinante d'estradiol et de progestérone par le corps jaune à la fin du cycle élimine cette suppression et le taux de FSH augmente.

Les follicules dans les ovaires nécessitent un seuil de FSH au-dessous duquel aucune stimulation ne se produit. Originellement les valeurs de FSH sont inférieures à ce seuil, mais elles augmentent lentement jusqu'à ce que le seuil soit franchi et par conséquent qu'un groupe de follicules est stimulé vers une croissance active. Plusieurs jours de croissance sont nécessaires avant que les follicules commencent à produire l'estradiol qui est sécrété dans le flux sanguin et atteignent l'hypothalamus pour apporter le signal indiquant que le seuil a été atteint. Il y a également un taux intermédiaire de production de FSH qui doit être dépassé avant qu'un follicule ne soit porté à sa réponse ovulatoire complète, et un taux maximum qui ne doit pas être dépassé sinon trop de follicules sont stimulés et plusieurs ovulations se produisent. Le taux maximum est uniquement de 20 % au-dessus du seuil et en conséquence un contrôle rétroactif précis de la production de FSH par les œstrogènes produits par les follicules est essentiel.

Proche de l'ovulation, le follicule dominant produit rapidement des taux croissants d'estradiol. Cette hormone stimule la production de glaire cervicale et supprime aussi la production de FSH qui passe sous la valeur du seuil, retirant ainsi l'apport indispensable aux autres follicules qui sont en compétition pour la course à l'ovulation.

La chute du taux de FSH provoque aussi un mécanisme de maturation au sein du follicule dominant qui rend ce dernier réceptif à la seconde gonadotrophine hypophysaire, la LH.

Le taux élevé d'estradiol active d'autre part un mécanisme rétroactif positif dans l'hypothalamus qui entraîne une décharge massive de LH par la glande pituitaire. Cette décharge de LH est le déclic qui initie la rupture du follicule (ovulation) le plus souvent de 24 à 36 heures après son commencement. La production ovarienne d'estradiol chute brutalement entre l'intervalle séparant le pic de LH et l'ovulation.

Après l'ovulation, le follicule qui s'est rompu est transformé en corps jaune, et la production de la seconde hormone ovarienne, la progestérone, augmente rapidement en même temps que celle d'estradiol. Cette progestérone provoque le changement brutal dans les caractéristiques de la glaire cervicale. La disparition du corps jaune (aux environs du 26e jour) du cycle ovarien (en cas de non fécondation) provoque l'arrêt de la synthèse de progestérone et induit la desquamation d'une partie de l'endomètre qui couvre sur une période de 3à 5 jours et se définit par des saignements. Le premier jour des règles est l'aussi le premier jour du nouveau cycle.

Explorations du cycle menstruel

Clinique

Observation de la glaire cervicale

Les propriétés physiques de la glaire cervicale fluctuent au cours du cycle menstruel sous influence hormonale.

Prise de la température

Il existe des variations thermiques au cours du cycle menstruel.

Échographique

Biologique

Les dosages biologiques des hormones hypophysaires et ovariennes.

Histologique

Biopsie d'endomètre

Troubles de l'ovulation

Notes

  1. L. Jeyaseelan, B. Antonisamy, PS. Rao. Pattern of menstrual cycle length in south Indian women : a prospective study, Soc Biol. 1992 Fall-Winter;39 (3-4)  :306-9.

Lien externe

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_menstruel.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu