Hygiène

L'hygiène est un ensemble de mesures conçues pour prévenir les infections et la naissance de maladies infectieuses. Elle se base principalement sur trois actions ...


Catégories :

Hygiène

L'apprentissage de la toilette est un des éléments de l'éducation à l'hygiène
La toilette du chat, acte instinctif
Indispensable de toilette, utilisé lors de la Première Guerre mondiale
Leçon de brossage de dents en Irak

L'hygiène est un ensemble de mesures conçues pour prévenir les infections et la naissance de maladies infectieuses. Elle se base principalement sur trois actions :

Par extension, on parle aussi d'«hygiène de vie», «hygiène alimentaire» et d'«hygiène mentale» pour des actions et activités servant à prévenir la naissance de troubles, comme la pratique d'un sport, l'abstention de fumer ou de boire de l'alcool et des addictions


Histoire

Article détaillé : Hygiène sous la Rome antique.

Le mot hygiène dérive du nom de la déesse grecque Hygie, qui était la déesse de la santé et de la propreté. Fille d'Asclépios, le dieu de la médecine, Hygie symbolise la prévention tandis que sa sœur Panacée est la déesse guérisseuse reliée au traitement médical ainsi qu'aux médicaments. Dans la Grèce antique et la Rome antique, l'hygiène est symbole de santé et se concrétise par exemple par la fréquentation des bains publics. La gymnastique médicinale a été découverte par le médecin Hérodicus de Lentini qui avait constaté les effets bénéfiques de l'exercice physique sur la santé. Elle était aussi recommandée par Hippocrate.

Au Moyen Âge, les bains publics deviennent progressivement des lieux mal fréquentés. Mais c'est à partir de la Renaissance qu'on fuit l'eau, accusée de transmettre des maladies en ouvrant les pores de la peau et ainsi l'organisme, à l'action néfaste de l'ensemble des maladies. En amollissant la peau, on croit rendre notre protection plus faible contre l'ensemble des infections. Les parfums camouflent les mauvaises odeurs et servent de désinfectants.

Au XIXe siècle, les sources thermales sont connues pour la santé. Louis Pasteur développe une théorie des germes selon laquelle certaines maladies sont causées par des micro-organismes. Les scientifiques et médecins formulent des recommandations comme le lavage des mains et la toilette quotidienne à l'eau et au savon. La fin du siècle marque le début des salles de bain et des toilettes dans les logements.

C'est Ignace Philippe Semmelweis qui met en évidence le risque nosocomial. Il devine en 1846 les vrais mécanismes de la contagion de fièvres puerpérales dans une maternité. C'est l'observation des taux de mortalité qui le met sur la piste : les femmes meurent moins en accouchant à leur domicile, à la maternité des sages-femmes de Vienne ou même dans la rue qu'à l'hôpital. Un comble ! Il arrive à la conclusion que les fièvres puerpérales sont véhiculées par les médecins eux-mêmes quand ils passent des salles de dissection et d'autopsie aux salles d'accouchement sans se laver les mains ni changer de blouses. Il mourut fou de ne pas avoir convaincu les scientifiques de son époque.

Politiques publiques

Quartier souffrant d'un manque d'assainissement à Dlo Gervier, Cap-Haïtien, Haïti

Enjeux

L'hygiène est un enjeu de santé publique, l'accès à un environnement (eau, air, sol, écodispositifs) propre et sain étant une condition première du développement durable. L'accès à l'eau potable a surtout été reconnu au sommet de la terre de Johannesburg comme un enjeu majeur pour le XXIe siècle. Ceci passe aussi par une réduction et bonne gestion des déchets et des substances potentiellement toxiques ou contaminantes.

L'apprentissage des mesures barrières (utilisation du préservatif, hygiène quotidienne, mise en quarantaines, hygiène des mains) est un enjeu d'hygiène publique face au de maladie nosocomiale, d'épidémies ou de pandémies (sida, tuberculose, grippe, etc. ).

Hygiène préventive

L'hygiène préventive se décline selon l'Organisation mondiale de la santé en trois classes de prévention :

Techniques

Nettoyage et détersion

Le nettoyage est le fait d'enlever les matières indésirables, dont surtout la matière organique (dont les graisses) ou les matières minérales (dont le calcaire ou tartre), qui peuvent elles-mêmes contenir des micro-organismes ; le nettoyage ou désinfection permet aussi d'enlever certains micro-organismes. La détersion (détergence) est l'action de nettoyage qui consiste à enlever les salissures qui adhèrent à l'objet ou au tissu vivant.

Le nettoyage fait généralement intervenir quatre paramètres : une action mécanique (pression de l'eau, frottement... ), chimique (dissolution de certaines matières dont les graisses), la température de l'eau permettant de la dilution de la solution et enfin le temps d'action du détergent'cercle de Sinner ou CINER'.

La méthode et le produit à employer dépendent de la nature de la souillure et de la fragilité du sujet du nettoyage ; pour l'hygiène corporelle, on emploie généralement de l'eau tiède sans pression ou basse pression et du savon, mais pour des instruments, on peut utiliser des méthodes plus agressives.

Le nettoyage et la détersion n'ont qu'une action momentanée.

Désinfection et stérilisation

La désinfection consiste à tuer, éliminer ou inactiver les micro-organismes (parasites, bactéries) ou les virus indésirables selon un objectif donné (par exemple diminuer la quantité de tel ou tel organisme en dessous d'un seuil fixé).

Lorsque la désinfection porte sur un tissu vivant, on parle d'antisepsie ; lorsqu'elle porte sur du matériel de soin, on parle de décontamination.

L'antisepsie et la désinfection ont une action limitée dans le temps.

La stérilisation consiste à éliminer du matériel la totalité des micro-organismes, ainsi qu'à conditionner ce matériel pour maintenir cet état de stérilité (voir aussi l'article Microbiologie > La stérilisation).

Les principales méthodes de désinfection et stérilisation utilisées sont : des méthodes chimiques, la température et la pression (pasteurisation, autoclave), les radiations. La vapeur sert spécifiquement dans les blocs opératoires car la désinfection est tandis quasi complète.

Conservation des aliments

La conservation des aliments se base sur des techniques de barrière physique (ensachage, expérience de Pasteur), d'emballage sous vide, de froid, ou d'utilisation de gaz tuant la vie (azote).

Conseils pratiques

Hygiène de la cuisine

Pour l'hygiène de la cuisine, lieux de développement de très nombreux germes à cause de l'arrivée d'aliments de l'extérieur et de leur traitement, les principaux Conseils sont[1] :

Conservation des aliments :

Manipulation des aliments :

Après la cuisine :

Notes et références

  1. Selon le docteur Sophie Baudin, in le magazine "Bébé Santé" n°11, vers 2001 ?

Voir aussi

Liens externes


Recherche sur Google Images :



"Male reproductive hygiene"

L'image ci-contre est extraite du site drugs.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (400 x 320 - 13 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Hygi%C3%A8ne.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu