Point G

Le point de Gräfenberg ou zone de Gräfenberg, couramment nommé le «point G», sert à désigner la zone antérieure du vagin correspondant aux glandes de Skene, nommée aussi prostate féminine.


Catégories :

Appareil reproducteur féminin - Appareil reproducteur

Recherche sur Google Images :


Source image : plaisirfeminin.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Zone érogène dont la structure anatomique est toujours mal définie et qui serait logée, chez la femme, dans la paroi antéro-supérieure du vagin. Chez l'homme, une zone identique serait localisée dans la région prostatique. (source : uqam)
  • Point sensible de la femme localisé quelque part entre les deux gros orteils. (source : blog.francetv)
Appareil reproducteur de la femme avec l'emplacement du point G (en anglais g-spot).

Le point de Gräfenberg ou zone de Gräfenberg, couramment nommé le «point G», sert à désigner la zone antérieure du vagin correspondant aux glandes de Skene, nommée aussi prostate féminine.

Cette zone peut être une zone érogène. Sa stimulation peut provoquer une réaction sexuelle intense pouvant même être accompagnée d'orgasmes. Si l'existence du point G est désormais connue et acceptée par la majorité des sexologues[1], aucun travail n'apporte de preuves irréfutables de son existence mais aussi de sa position[2].

Le nom «point G» vient du nom du sexologue Ernest Gräfenberg, le premier à avoir fait une étude scientifique sur le plaisir féminin en 1950[3], [4].

Existence

Depuis que le concept est apparu pour la première fois dans un ouvrage populaire sur la sexualité humaine en 1982, l'existence du point G est devenue beaucoup admise, en particulier par le grand public qui l'a compris comme une zone fortement érogène.

Malgré le nombre de sexologues toujours croissants aidant les femmes à découvrir leur point G, les observations médicales restent anecdotiques et les études de cas faites sur la base d'un petit nombre de sujets sont rarement soutenues par des études anatomiques et biochimiques[5]. Une étude[6] menée en France sur dix femmes[7] a montré que la régénération de ce tissu chez des femmes se plaignant de dysfonction sexuelle féminine (DSF) augmentait leur nombre d'orgasmes de 40 à 50 %, avec une satisfaction de 70 % des patientes.

Certaines études récentes[Qui ?] assimilent «point G» à la structure interne du clitoris[8][réf.  insuffisante].

Les structures qui pourraient correspondre au point G ne sont pas connues avec précision. L'érogénéité d'un éventuel point G pourrait provenir soit :

Les structures connexes seraient le sphincter urétral[9], les glandes de Skene[10] et le fascia d'Halban. Ces deux dernières structures, et en particulier le fascia d'Halban, pourraient correspondre au controversé point G[11].

Enfin, il est envisageable que le point G corresponde en fait à une stimulation indirecte des structures internes du clitoris, qui entourent le vagin[12], [13]. Dans ce cas, l'érogénéité du point G proviendrait en fait de la stimulation indirecte du clitoris.

Néanmoins, comme il n'existe pas aujourd'hui d'étude ayant comparé et évalué l'importance relative de ces différentes possibilités de l'érogénéité du vagin et du point G, il est complexe de conclure. L'unique certitude est que le vagin possède des zones, le plus fréquemment sur sa paroi antérieure, dont la stimulation tactile est intensément érogène et peut conduire à l'orgasme[14].

Mais que le point G existe ou non, on observe que le vagin est une des régions du corps qui est la plus stimulée au cours des activités sexuelles (ou comportement érotique). [15]

Article principal : Comportement érotique.

Situation

Chez la femme

Le point G féminin, ou point de Gräfenberg, est une zone localisée dans la paroi antérieure du vagin à 1 - 4 cm de profondeur. Il a la forme d'une petite boule palpable de moins d'un centimètre qui augmente de taille lors d'une stimulation. Sans influence sur la qualité des sensations, la grosseur de cette zone fluctue énormément d'une femme à l'autre. Pour certaines, la totalité de la paroi antérieure serait sensible mais il s'agit-là d'un manque de précision dans la situation anatomique confondant le point G avec la partie interne du clitoris cité dans l'article de Andrée Matteau.

Le point G a la capacité de réagir en se gonflant lorsqu'il est stimulé avec un doigt ou avec le pénis. La stimulation de cette zone peut provoquer des sensations intenses et faciliter la montée de l'excitation sexuelle.

Certaines positions sexuelles permettent une stimulation directe de cette zone surtout si l'homme est derrière la femme lors du coït ou si, dans la position du missionnaire, elle pose ses jambes sur ses épaules. L'attention et le savoir-faire du partenaire sont cependant plus déterminants qu'une position spécifique. Chez certaines femmes, la stimulation de ce point G conduit quelquefois à des éjaculations féminines[16].

Le point G est plus ou moins individualisé selon les femmes. Pour une minorité, il semblerait que la paroi postérieure du vagin soit aussi réceptive aux stimulations.

Chez l'homme

A ce jour aucune étude anatomique n'a été réalisée à ce sujet. Cependant, par ressemblance avec la zone prostatique féminine équivalente, il est de plus en plus courant chez les sexologues de nommer la zone de la prostate masculine accessible au toucher «point G masculin» (quelquefois nommé point P). Il est localisé près de l'urètre et de la prostate, à l'intérieur du rectum, sur la paroi antérieure, celle qui sépare le corps de la verge de l'anus.

Certaines études de sexologues démontrent que la stimulation de cette zone peut procurer une forme d'orgasme différent de l'orgasme pénien[17].

Anatomie

D'un point de vue histologique, cette zone correspond à une zone de la prostate spécifiquement riche en terminaisons nerveuses sensorielles.

Bibliographie

La notion de point G devient populaire en 1981 avec la publication aux États-Unis de The G-Spot and other discoveries about human sexuality, d'Alice Ladas, Beverly Whipple, et John Perry. Shere Hite en parle dans la préface de son rapport : The Hite Report : A Nationwide Study on Female Sexuality.

Une bande dessinée, L'amour propre ne le reste jamais très longtemps de Martin Veyron, met en scène les aventures d'un homme à la découverte du point G féminin.

Notes et références

  1. Controverse sur le point G : 1re partie
  2. Controverse sur le point G : 3e partie
  3. (en) Ernst Gräfenberg : From Berlin to New York
  4. (en) G-spot exists, claim scientists
  5. (en) The G-spot : a modern gynecologic myth. [Am J Obstet Gynecol. 2001] - PubMed Result
  6. Nouvelle approche thérapeutique dans le traitement des dysfonctions sexuelles féminines : l'augmentcation «du point G» dans les baisses de désir et plaisir féminins, M. -C. Benattar (Boulogne), JIM, février 2005
  7. Ce qui ne forme par conséquent pas un échantillon suffisant. De plus, l'étude n'est pas faite en double aveugle. Elle doit par conséquent être reconnue avec précaution
  8. «Ce fameux point G n'est en fait que la partie interne de la structure clitoridienne, explique Andrée Matteau, sexologue. La partie extérieure et visible du clitoris, c'est cette petite perle que n'importe qui peut identifier. Mais cette structure comporte aussi des nerfs qui aboutissent à l'intérieur du vagin, comme des pattes qui se rejoignent dans ces éponges que le docteur Gräfenberg a bien vaniteusement nommé le point G. Certaines femmes peuvent effectivement ressentir un grand plaisir de la stimulation de ces éponges qui sont fortement innervées. Elles peuvent les repérer par exploration manuelle et s'en servir lors de la pénétration pour augmenter les sensations. Mais de là à prétendre que le point G procure l'ultime jouissance…»
  9. LENCK L. C., VANNEUVILLE G., MONNET J. P., HARMAND Y. Urethral sphincter (G point). Anatomo-clinical correlations, Rev. Fr. Gynecol. Obstet., 87 (2)  :65-69, 1992
  10. BENATTAR Marie-Claude. L'augmentcation du point G, une nouvelle approche thérapeutique des dysfonctions sexuelles féminines ? Sexologies, XIV (51)  :5-10, 2005
  11. HINES T. M. The G-spot : a modern gynecologic myth, Am. J. Obstet. Gynecol., 185 (2)  :359-362, 2001
  12. O'CONNELL H. E., DELANCEY J. O. Clitoral anatomy in nulliparous, healthy, premenopausal volunteers using unenhanced magnetic resonance imaging, The Journal of Urology, 173 (6)  :2060-2063, 2005
  13. O'CONNELL H. E., HUTSON J. M., ANDERSON C. R., PLENTER R. J. Anatomical relationship between urethra and clitoris, The Journal of Urology, 159 (6)  :1892-1897, 1998
  14. ALZATE H. Vaginal eroticism and female orgasm : a current appraisal, Journal of Sex and Marital Therapy, 11 (4)  :271-284, 1985
  15. (fr) WUNSCH Serge, Thèse de doctorat sur le comportement sexuel [pdf] EPHE-Sorbonne, Paris, 2007.
  16. (en) Shibley Hyde, J. et DeLamater, J. D. (2003) Understanding Human Sexuality, Eighth Edition
  17. Les hommes ont-ils un point G ?, article tiré du site de Doctissimo

Voir aussi

Lien externe

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Point_G.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu