Spermogramme

Un spermogramme est un examen médical au cours duquel on analyse le sperme d'un homme, le plus souvent dans le cadre d'un bilan de stérilité d'un couple.


Catégories :

Biologie médicale - Andrologie - Dépistage et diagnostic en urologie - Médecine de la fertilité

Recherche sur Google Images :


Source image : jumenterie-de-carrelis.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • analyse biologique du sperme évaluant le volume du recueil, le nombre, la mobilité, la viabilité et l'aspect morphologique des spermatozoïdes. (source : procreationmedicale)
  • C'est l'examen du sperme ?jacul?. Le recueil du sperme ?jacul? est en g?n?ral obtenu par masturbation. On ?tudie : le volume de l'?... (source : maia-asso)
  • Examen conçu pour caractériser le sperme d'un individu : nombre de spermatozoides, forme, mobilité, durée de vie, .... (source : ac-grenoble)

Un spermogramme est un examen médical au cours duquel on analyse le sperme d'un homme, le plus souvent dans le cadre d'un bilan de stérilité d'un couple.

Méthode et protocole

L'examen vise à quantifier les spermatozoïdes normaux et anormaux[1], étudier leur mobilité[2] et leur morphologie, mais aussi doser différentes substances que le sperme doit normalement contenir. La méthode de David a été présentée en 1972 au spécialistes puis publiée en 1975 puis adoptée par de nombreux laboratoires. Elle classe les anomalies en 13 types catégories, avec un protocole de classification à entrées multiples pouvant décrire plusieurs anomalies pour un même spermatozoïde. Elle a été complétée au début des années 90 par deux catégories d'anomalies (les "têtes irrégulières" sont mieux décrites, en 2 sous-catégories correspondant aux atypies de la région acrosomique[3] et de la région post-acrosomique (forme, contour, texture).

Article détaillé : spermatozoïde.

Conditions :

Normalisation : En France, le Journal Officiel du 28 avril 1995 précise la nomenclature de la spermiologie ; il prévoit que

- Spermogramme et spermocytogramme : B 110.
- Test post-coïtal[5] [6] ou test de Huhner (TPC)  : B 45.
- L'exploration biochimique[7] [8] de la fonction prostatovésiculaire (B 175).
- L'exploration de la fonction épididymaire (B 85).
- L'étude de l'éjaculat fractionné (pour oligospermie confirmée) (B 130).
- Le test de migration-survie des spermatozoïdes (B 120).
- La recherche d'une immunisation anti-spermatozoïde chez l'homme
- La recherche d'anticorps fixés sur les spermatozoïdes (Martest ) ou immunobilles (B 50) [9].
- La recherche indirecte d'anticorps anti-spermatozoïdes dans le sérum sanguin et dans le plasma séminal (B 280).
- Test de pénétration du mucus cervical, test croisé (B 120).
- La Recherche d'une immunisation anti-spermatozoïde chez la femme (dans le sérum sanguin et simultanément dans le mucus cervical) (B 280).
- Etude d'une éjaculation rétrograde (B 110).
- Coloration des spermatozoïdes au bleu d'aniline (B 50).»

Ces examens ne sont pris en charge, qu'après demande d'entente préalable, accompagnée des résultats des examens de base, et si ces derniers sont perturbés. Un algorythme de décisions guide le médecin.

Ce que décrit le spermogramme

Observation

Elle se fait visuellement pour l'aspect du sperme et au laboratoires (d'andrologie) sous microscope optique, après préparation de l'échantillon avec des colorants. Une coloration de Shorr ou plus fréquemment coloration de Papanicolaou rend mieux visible l'acrosome, la région post-acrosomique, la pièce intermédiaire et le flagelle même dans les spermes les plus visqueux. Diverses outils de coloration sont commercialisés, certains donnant la possibilité la conservation de la coloration pour un examen ultérieur.

Au microscope à lumière transmise, à un grossisement x100 à immersion, sans anneau de phase, l'observateur étudie au minimum la morphologie de 100 et si envisageable 200 spermatozoïdes, sans intégrer dans sa numération les cellules immatures (dont spermatides Sd1). Des têtes isolées de spermatozoïdes sont par contre comptabilisées comme forme anormale.

Recensement des anomalies

La classification de David, modifiée, est la méthode la plus utilisée. L'observateur (compétent et par conséquent constitué à cette pratique) compte, pour au moins 100 et si envisageable 200 spermatozoîdes atypiques le nombre d'anomalies.
Lorsque le nombre de spermatozoïdes est trop bas, l'observateur se base sur au moins 50 spermatozoïdes, mais ne traduit pas le taux de spermatozoïdes normaux et anormaux en pourcentage. Et il rappelle en conclusion le manque la fiabilité des taux d'anomalies en particulier pour les anomalies rares.

Le rapport décrit qualitativement et quantitativement :

En complément, l'observateur évalue

d'autres anomalies

Pour une meilleure prise en compte du nombre moyen d'anomalies associées par spermatozoïde anormal, l'observateur - depuis 1988 - inscrit dans son rapport l'Index d'anomalies multiples (ou IAM) qui est le rapport du nombre total d'anomalies recensées au nombre total de spermatozoïdes anormaux.

Voir aussi

Bibliographie

Notes et références

  1. DAVID G., BISSON P., CZYGLICK F., JOUANNET P., GERNIGON C.  : Anomalies morphologiques du spermato zoïde humain. Proposition pour un dispositif de classification. J. Gynecol. Obst. Biol. Reprod. (Paris), 1975, 4 (suppl), 37-86.
  2. GUERIN J. F., JOUANNET P.  : Le mouvement du spermatozoïde humain et son évaluation. Contr. Fert. Sex., 1988, 16, 555-558.
  3. FENICHEL P.  : Tests d'exploration de la fonction acrosomique. Applications en infertilité masculine. Contr. Fert. Sex., 1991, 19, 703-709.
  4. SCHWARTZ D., LAPLANCHE A., JOUANNET P., DAVID G.  : Within subjects variability of human semen in regard to sperm count, volume total number of spermatozoa and lenght of abstinence. J. Reprod. Fertil., 1979, 57, 391-395.
  5. LAVAUD M. C.  : Le test post-coïtal. Andrologie, 1994, 4, 346-352.
  6. EMPERAIRE J. C.  : Le test post-coïtal et le test de pénétration. Leur signification dans un bilan de stérilité. Gynécologie, 1991, 42, 405-414.
  7. SOUFIR J. C.  : Exploration biochimique du sperme humain. In : Médecine de la reproduction masculine. Edited by G. Schaison, P. Bouchard, J. Mahoudeau, F. Labrie. Paris : Flammarion Médecine Sciences, 1984, 4, 69-83.
  8. GRIZARD G., JANNY L., HERMABESSIERE J., SIROT J., BOUCHER D.  : Seminal biochemistry and sperm characteristics in infertile men with bacteria in ejaculate. Arch. Androl., 1985, 15, 181-186.
  9. KREMER J., JAGER S.  : The significance of antisperm antibodies for sperm-cervical mucus interaction. Human Reprod., 1992, 7, 781-784.
  10. Document de l'Université de strasbourg sur la spermiologie reprenant de manière schématisée les types d'anomalies (avec illustrations)


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Spermogramme.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu